top of page

Prévenir et soulager les symptômes des allergies saisonnières

Dernière mise à jour : il y a 4 jours



solutions naturelles contre les allergies saisonnières

C’est le printemps ! On guette l’arrivée du soleil, on se réjouit de voir la nature se réveiller, les couleurs des fleurs égayer le paysage, et de pouvoir voir de belles promenades …

Oui, mais… Pour un grand nombre de personnes, cette saison est également synonyme de nez qui gratte et qui coule, d’éternuements et d’yeux larmoyants…

Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES),  20 % des enfants âgés de plus de 9 ans et 30 % des adultes seraient concernés par les allergies au pollen.


Une allergie, c’est quoi ?


Avant de parler de façon spécifique des allergies saisonnières, commençons par comprendre le phénomène allergique.


Une allergie, c’est une réaction inappropriée du système immunitaire contre une substance étrangère normalement inoffensive entrée en contact avec l’organisme (par ingestion, inhalation, contact cutané...).


La considérant comme un ennemi contre lequel il doit lutter, le corps met alors en place des mécanismes pour se défendre. Il libère des anticorps spécifiques (qu’il a produit lors d’un contact précédent avec l’allergène) dont la rencontre avec l’allergène va provoquer la libération de substances inflammatoires telles que l’histamine ou la tryptase.


Celles ci vont provoquer différents symptômes : rhinite, conjonctivite, éruption cutanée, œdème, crise d’asthme…


On peut donc dire que l’allergie est une perte de tolérance de l’organisme face à certaines substances.

On retrouve le plus souvent une prédisposition génétique ainsi qu’une exposition antérieure à l’allergène (il n’y a pas de réaction à la première rencontre entre l’allergène et l’organisme).


Dans le cas des allergies dites « saisonnières », les allergènes sont les pollens des arbres, des graminées ou des mauvaises herbes, transportés par le vent et les abeilles.


Symptômes des allergies saisonnières


- Démangeaisons soudaines ou progressives dans le nez, le palais, la gorge, les yeux.

- Inflammation de la muqueuse nasale, sinus bouchés

- Eternuements

- Yeux larmoyants, rouges, sensibles à la lumière, qui piquent, brûlent…

- Maux de tête, fatigue, irritabilité

- Respiration sifflante, toux


Prévention des allergies saisonnières


1/ Prendre soin de sa santé intestinale


Vous vous dites peut-être, quel est le rapport entre votre nez qui vous démange et coule et votre intestin ?


Et bien, les allergies sont un dérèglement du système immunitaire.

Or, de très nombreuses cellules immunitaires se trouvent juste derrière la muqueuse intestinale.

Si celle ci est en mauvais état, des molécules qui devraient rester dans l’intestin peuvent réussir à la traverser, arrivant ainsi au contact des cellules immunitaires qui réagissent pour les détruire.

Leur stimulation permanente, dérègle le système immunitaire et provoque des réactions inflammatoires.


une muqueuse intestinale hyperperméable favorise les allergies

Comment prendre soin de son intestin ?


- En lui apportant tout ce dont les entérocytes (cellules constituant la muqueuse intestinale) ont besoin pour être en bon état : des acides aminés comme la glutamine (présent dans les produits animaux, les œufs, le soja), de bons acides gras (en particulier les oméga-3 qui jouent un rôle majeur dans la reconstruction de la muqueuse, et qui modulent l’inflammation)…


- En consommant des aliments riches en fibres : fruits, légumes, céréales complètes, légumineuses.


- En consommant des aliments riches en probiotiques naturels et en fibres prébiotiques pour les nourrir.


- En mastiquant bien ses aliments (oui, ça commence là...les aliments ne sont pas censés arriver en gros morceaux dans l’intestin )


- En évitant tout ce qui l’abîme : des sucres raffinés, des acides gras transformés, hydrogénés, les produits industriels transformés et pleins d’additifs, les pesticides, le stress, le sport intensif, la sédentarité…


- En prenant soin de votre sommeil… oui toujours lui, un des piliers de la santé.


- En faisant une cure de probiotiques si vous avez dû prendre des antibiotiques.



Ces quelques mesures sont à adopter toute l’année. Mais vous pouvez aussi faire une cure de régénération intestinale en fin d’hiver pour arriver au printemps avec un intestin au mieux de sa forme ! Pour cela, le mieux est d’être accompagné par un praticien en santé naturelle.


2/ Favorisez les sources naturelles de :


- vitamine C : action antihistaminique (réduit la quantité d’histamine produite).

→ persil, chou frisé, kiwi, citron, orange, pamplemousse, cassis, groseille, ananas, poivron cru, cynorrhodon...

- zinc : une carence en zinc est associée à un risque accru d’allergies chez les enfants et les adultes.

→ Huîtres, germe de blé, crabe, bœuf, volaille, levure alimentaire, langouste, jaune d’œuf, lupin, nori et autres algues, sésame, graines de tournesol et de courge, lentilles

- quercétine : propriétés immunomodulatrices, anti-inflammatoires et anti-histaminiques .

→ oignons, ail, brocolis, choux de Bruxelles, épinards, asperges, thé …)


les aliments riches en quercétine à favoriser contre les allergies


3/ Limiter les aliments riches en histamine


-> chocolat, fraises, thon, jambon, emmental, parmesan, tomate, lentilles, noix, noisettes, cacahuètes, vin, charcuterie...



4/ Quelques mesures pour limiter l’exposition aux allergènes


- Éviter de sortir les jours où la concentration de pollen est importante, si c’est possible (voir sur https://www.pollens.fr/), porter des lunettes de soleil si nécessité de sortir ces jours là.

- Éviter de faire sécher le linge dehors

- Prendre une douche en rentrant d’une promenade dans la nature pour éviter de rester au contact du pollen qui a pu se fixer sur le corps et les cheveux.

- Aérer la maison régulièrement, l’air intérieur étant souvent plus pollué que l’air extérieur (poussières, acariens, moisissures, toxiques des produits ménagers…).

Evitez juste de le faire au moment des pics de pollens, quand il y a beaucoup de vent, mais aérez tout de même quotidiennement.


Soulager les symptômes de la rhinite et de la conjonctivite allergique


Si vous n’avez pas pu agir de façon préventive et que les symptômes sont là, voici quelques moyens de les soulager naturellement. Choisissez ceux qui vous semblent les plus facile à mettre en place au quotidien.


1/ Se laver le nez 

La base...

En utilisant soit un spray nasal à base d'eau de mer, soit une lota neti, ustensile permettant de nettoyer les voies nasales efficacement (eau tiède + sel).


2/ Les remèdes naturels  


La quercétine

Elle a des propriétés immunomodulatrices, anti-inflammatoires et anti-histaminiques.

L’idéal est d’optimiser les sources alimentaires.

Mais si cela s’avère insuffisant, la prise de quercétine sous forme de complément alimentaire peut aider.


Utilisation : en gélules, 350mg 1 à 3 fois/jour selon l’intensité de la gêne.



Le plantain :

Anti-inflammatoires, antioxydant et anti-allergique : il agit comme un antihistaminique naturel en bloquant la libération d'histamine dans le corps.

→ réduit la congestion nasale, la toux et les éternuements.

→ favorise l'élimination des mucosités et des sécrétions

→ renforce le système immunitaire et peut prévenir de futurs épisodes allergiques en agissant sur le terrain.


plantain anti histaminique naturel

Utilisation :

En infusion : 30 g de plante sèche par litre, 3 à 5 tasses par jour. En association avec la verge d’or : 15g de chaque plante.

En extrait de plante : 20 à 25 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour pendant au moins trois semaines. Faire une pause d'une semaine avant une seconde cure si nécessaire.

En sirop : idéal pour les enfants.


 La verge d'or :

 → Peut aider à soulager la congestion nasale, les éternuements et la toux.

→ Réduit les inflammations des voies respiratoires

→ Prévient les épisodes allergiques futurs.

→ Est adoucissante et protectrices pour les muqueuses


La verge d'or, plante intéressante contre les manifestations allergiques

En infusion : si utilisée seule : 30 g de plante sèche par litre, 3 à 5 tasses par jour. En association avec le plantain : 15g de chaque plante.

En extrait de plante : 20 à 25 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour pendant au moins trois semaines. Faire une pause d'une semaine avant une seconde cure si nécessaire.


L’ortie piquante

Effet antihistaminique


l'ortie, anti histaminique naturel

En infusion : 30 g de plante sèche par jour dans 1 litre d’eau. Si associée au plantain, 15g de chaque.

 En extrait de plante : 20 à 25 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour pendant au moins trois semaines


. Le bourgeon de cassis

Il est anti-histaminique : c’est le remède de premier plan du terrain allergique.

Utilisation : 10 gouttes pures en bouche matin, midi et 16h (ne pas le prendre après 16h car a une action tonique).


L'huile essentielle d'Estragon 

- antiallergique, antihistaminique et antispasmodiques

- à utiliser en association avec le plantain


Utilisation : 1 goutte, sur un support neutre (boulette de pain, huile d’olive, miel, comprimé neutre…), 3 fois par jour


Précautions : cette huile essentielle est dermocaustique. Pas de contact de l’huile pure avec la peau

Contre-indication : grossesse et allaitement


Soins locaux pour la conjonctivite allergique


  • L’eau florale de Bleuet :

→ peut soulager l'irritation, le gonflement ou la rougeur.

→ peut contribuer à prévenir l'apparition d'infections oculaires

Utilisation : verser quelques gouttes dans le coin interne de l’œil ou imbiber largement des disques de coton et les laisser poser sur les yeux quelques minutes 2 à 3 fois par jour.


  • L’hydrolat de Camomille romaine :

Anti-inflammatoire, apaisant et cicatrisant.

→ peut calmer les yeux irrités, réduire les rougeurs et les gonflement


Utilisation : imbiber largement des disques de coton d’hydrolat de Camomille romaine et les laisser poser sur les yeux quelques minutes 2 à 3 fois par jour.


Les eaux florales et hydrolats étant très fragiles, pensez à bien les refermer après usage et à les conserver au réfrigérateur.


Et pour les enfants ?


Avant de se tourner vers les remèdes naturels, il est INDISPENSABLE de faire un bilan avec un pédiatre et/ou allergologue.

Les allergies respiratoires se manifestant souvent par des crises d'asthme, le suivi médical est nécessaire.

L'approche naturelle peut venir compléter celui ci.


-Comme pour les adultes, on portera une grande attention sur la santé intestinale : oméga-3, probiotiques.


-Favoriser les aliments riches en quercétine, vitamine C, zinc


-Les lavages de nez sont à pratiquer régulièrement.


-Les remèdes naturels pouvant être utilisés en complément du traitement allopathique :


  • sirops à base de plantain


  • L'hydrolat d'estragon : antiallergique, antihistaminique et antispasmodique 1 càc/j en traitement de fond, 3 à 4/jour en cas de symptômes plus importants.


  • Le bourgeon de cassis sans alcool : 1 goutte par année d'âge (de 3 à 12 ans) pendant 31 semaines (en dehors des repas)

  • L'hydrolat de camomille romaine peut être utilisé pour les soins locaux des yeux.


Si vous souhaitez vous préparer avant la saison des allergies pour limiter l'importance des symptômes, n'hésitez pas à vous faire accompagner par un.e naturopathe dès les mois de janvier/février.


3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page