top of page

Et si on parlait de la fatigue maternelle ?




Maman fatiguée ? Épuisée ? À bout ?

Vous avez de bonnes raisons à cela, et les identifier, c’est le premier pas pour agir dessus ! Parce que ce serait bien qu’être maman ne rime pas forcément avec épuisement, non ?


Quelques causes à la fatigue maternelle 


Surcharge de travail

La liste des taches liées au fait d’être parents est tellement longue que même partagées dans le couple, la charge est importante pour chacun. Alors, quand elle repose sur une seule personne...



  • Taches ménagères (linge, ménage, vaisselle...), courses...

  • Gestion des repas : les préparer mais aussi répondre tous les jours à la question « qu’est ce qu’on va manger ce soir ? » . Personnellement je trouve que quand on a répondu à cette question en tenant compte de ce qu’on a en réserve, du temps dont on dispose pour préparer, et de la capacité que l’on a à supporter les « oh non, pas ça, c’est pas bon », on a déjà fait une bonne partie du travail !

  • Préparation des enfants le matin : réveil, toilette, habillage, petit déjeuner, vérification des affaires pour la journée, chaussures et blouson pour sortir, et… les petits imprévus qui mettent en retard et nous stressent !

  • Conduite des enfants à l’école, la crèche, l’assistante maternelle, le matin et retour le soir...

  • Conduire les enfants à leurs activités extra-scolaires 

  • Devoirs des enfants : aide, vérification...

  • Préparation des affaires pour le lendemain

  • etc..

Sans oublier l’activité professionnelle pour toutes les femmes qui en exercent une en plus de celle d’être maman.

Les mères sont "multifonctions" et endossent de nombreux rôles au cours de la journée : responsable des achats, cuisinière, femme de ménage, médiatrice, psychologue, professeur, infirmière, chauffeur... Elles sont souvent interrompues dans chacune de leurs activités et passent sans cesse d'un rôle à l'autre, ce qui génère fatigue et stress.


Sommeil insuffisant en quantité et/ou qualité 



  • Horaires de travail (décalés, nuits...)

  • Taches ménagères le soir, préparation de la journée du lendemain, entraînant un coucher tardif

  • Réveils nocturnes : par un enfant ayant des troubles du sommeil, stress, ruminations...

  • Endormissement difficile : signaux de fatigue ignorés, surcharge mentale, trop de fatigue nerveuse et pas assez d’activité physique

  • Alimentation inadaptée : repas du soir trop tardif et/ou trop lourd, manque de protéines entrainant manque de neurotransmetteurs responsables de la détente et du sommeil (sérotonine, mélatonine)....


Déficits nutritionnels 

Pour produire de l’énergie, l’organisme a besoin de nutriments et de micro-nutriments. Or certains déficits sont fréquents chez les mamans pour différentes raisons.

  • Non récupération après la grossesse et l’accouchement, qui peut perdurer...

  • Alimentation non adaptée aux besoins : allaitement, souhait de perdre du poids, repas rapides et déséquilibrés pris sur le pouce car trop de choses à faire...

Dérèglements hormonaux

Dysfonctionnement de la thyroïde, fatigue surrénalienne liée au stress chronique...

Même si votre quotidien de mamans vous donne plein de raisons d’être fatiguées, les causes médicales sont possibles ! Parlez en à votre médecin.


Difficulté à s’accorder des moments pour souffler et se ressourcer

  • Recherche de perfection

  • Exigence élevée de la société envers les mères, et parfois du conjoint

  • Incapacité à mettre des taches de coté, à se donner la priorité

Charge mentale trop importante


  • Gestion, organisation et exécution de tout, sans répit à la maison, responsabilité omniprésente

  • Préoccupation importante du bien-être des autres (enfants, conjoint)

  • Préoccupation à préserver l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle


Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive, et ces différents facteurs se cumulent entre eux… Je pense que cela parle à beaucoup d’entre vous 😉.

Vous vous dites peut-être que vous êtes bien obligées de « faire avec » ?

Ce n’est pas la meilleure idée… Parce qu’il est possible d’agir sur certains points. Et qu’il est préférable de le faire plutôt que d’attendre que ça passe, que vos enfants grandissent, que les vacances arrivent…

Car cette fatigue a des conséquences sur votre santé .


Les conséquences de la fatigue maternelle


Consommation de stimulants qui ne font qu’aggraver le problème

Les stimulants comme la caféine n’apportent pas d’énergie mais demandent au corps de mobiliser ses ressources pour agir.

Exactement comme dans une situation de stress, où tout est mis en place pour fuir ou se battre : le cerveau donne l’ordre au surrénales de libérer du cortisol et de l’adrénaline, aux muscles de se préparer à agir, au foie de libérer du glycogène pour augmenter le taux de sucre dans le sang (disponible pour nos muscles)… Coup de boost assuré !

Le cœur bat plus vite, la glycémie monte, l’attention et la concentration augmente, vous vous sentez moins fatiguée et pouvez continuer vos activités. Sauf qu’en réalité, l’énergie, vous ne l’avez pas… vous avez demandé un crédit à votre corps qu’il faudra rembourser à un moment, sous peine de vous surendetter…


Maux de tête, vertiges, nausées, troubles digestifs…

Les troubles liés à la fatigue et au manque de sommeil sont nombreux. Normal, puisque le sommeil est une clé de santé ! Il est indispensable au bon fonctionnement de tous les systèmes de l’organisme. Quand il manque, le corps le fait savoir...


Irritabilité, énervement…

Pas facile de gérer ses émotions et encore moins d’accueillir celles des autres quand on est fatigué ! En plus, cela peut entraîner des comportements inhabituels et inadaptés ponctuels pour lesquels on culpabilise ensuite. Genre : « Je suis une mauvaise mère, j’ai crié très fort contre mon enfant et l’ai envoyé dans sa chambre alors qu’il avait besoin de moi ! »




Repli sur soi, syndrome dépressif…


Burn-out 

Je le cite ici bien qu’il soit la conséquence du stress chronique et non de la fatigue. Le burn-out n’existe pas que dans le milieu professionnel !

Il survient quand toutes les ressources sont épuisées. Pour faire simple, l’organisme et en particulier les glandes surrénales stimulées en permanence par un stress modéré mais quotidien durant une longue période, finissent par s’épuiser et ne plus faire leur travail : pas de cortisol, pas d’adrénaline, plus rien pour nous donner la force de bouger, agir, réagir…


La fatigue maternelle étant en partie liée au stress modéré, répété, sur une longue période, sans possibilité de s’y soustraire, je trouve important de connaître cette notion de burn-out maternel.

D’où l’intérêt de repérer son stress, et d’apprendre à le « gérer » (j’entends par gérer : apprendre à limiter son impact à défaut de pouvoir supprimer sa source)…


Cette liste là non plus n’est pas exhaustive. Elle montre qu’être fatiguée en permanence, pendant des années, n’est pas anodin.

Il faut se rappeler que la fatigue a un rôle. Elle n’est pas là pour nous embêter et nous empêcher de profiter de la vie. Au contraire… C’est un signe, un symptôme pour nous obliger à nous reposer parce que notre corps en a besoin. Et ainsi rester en bonne santé.


Bon, je vous vois venir : ok c'est pas top d'être tout le temps fatiguée mais concrètement, qu’est ce qu’on peut faire ? On vend nos enfants ?

Euh, non...on va éviter d’en arriver là quand même ! Il y a des solutions un peu moins radicale heureusement !


Comment être moins fatiguée ?


D’abord, relever de façon détaillée, par écrit, toutes vos sources de fatigue. Ensuite pour chaque, voir ce qu'on peut mettre en place.


Deux types d’actions :

-> Soit agir directement sur le facteur responsable de la fatigue quand c’est possible,

-> Soit mettre en place des stratégies pour limiter l’impact des sources inévitables de fatigue.


Quelques exemples :

  • Si vous avez des déficits nutritionnels, des ajustements dans l’alimentation, et éventuellement une supplémentation, vous feront gagner de l’énergie en quelques semaines.

  • Si vous ne dormez pas assez parce que votre enfant vous réveille la nuit (une fois passée la période où il a besoin de manger la nuit), améliorer son sommeil aura un impact direct sur vous. De nombreux outils naturels existent pour cela (plantes, huiles essentielles, fleurs de Bach, relaxation...)


  • Si vous avez une charge de travail trop importante, peut-être est il possible de prioriser et/ou revoir la répartition des tâches dans votre foyer.

  • Si vous êtes stressée par l’organisation familiale, peut-être est il possible d’avoir à la fois des actions sur celle ci et de mettre en place des stratégies pour que le stress vous impacte moins (cohérence cardiaque, sophrologie, plantes adaptogènes…)









  • Si vous êtes écrasée par la charge mentale, les actions concerneront à la fois :

→ l’organisation familiale, le partage de cette charge (conjoint.e, enfants)

→ votre capacité à lâcher-prise ( la croyance que les mères doivent tout gérer est tellement ancrée en nous depuis toujours, de façon inconsciente, que nous avons parfois du mal à partager cette charge)

→ la mise en place de techniques pour faire face au stress induit.


  • Si vous supportez mal l’imprévisibilité de votre vie de maman : vous avez beau être très organisée, il y a toujours des évènements qui perturbent tout (enfant malade, blessure, disputes, chahuts qui tournent mal, refus, cartable oublié, cours annulé, problème à l’école, changement d’horaire de travail, nounou malade, grève à l’école...) et vous stressent !

Vous ne pouvez pas agir sur les évènements, et êtes bien obligée de vous y adapter. Apprendre à gérer stress et émotions dans ces situations vous permettra d'y faire face de façon plus sereine. Les techniques sont nombreuses : relaxation, techniques respiratoires, huiles essentielles, plantes, Fleurs de Bach, sophrologie, méditation, journaling…


  • Dans tous les cas, apprendre à profiter des opportunités qui se présentent pour passer un moment de calme, est salutaire. Car ces moments sont très réparateurs, ils permettent de se ressourcer et de refaire le plein d'énergie.



Vous le voyez, il y a des choses à faire. Elles vous demanderont de l’implication et un peu de temps. Je sais, vous en manquez déjà…

Mais considérez ce temps comme un investissement pour améliorer votre qualité de vie et pour rester en bonne santé. C’est important, non ? Alors, peut-être est-ce le moment de vous donner la priorité ?


Maman est un métier à temps plein, 7 jours sur 7, 24h sur 24, 365 jours par an, pendant un nombre d’années indéfini…Pas de jours de repos, ni d’arrêt maladie... Alors si vous voulez continuer à le faire dans de bonnes conditions, prenez soin de vous ! Personne ne le fera à votre place.


Si vous faites partie des mamans fatiguées, voire épuisées, faites vous aider !

L’accompagnement par un.e naturopathe vous apportera des solutions pour retrouver davantage d’énergie pour profiter à fond de votre vie de maman et de femme.


15 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page